Homme effectuant une transaction monétaire
Homme effectuant une transaction monétaire

Quel mode de paiement choisir en fonction des habitudes d’achat en ligne des Français ?

Les chiffres clés du e-commerce en France

Depuis les années 2000, le développement des nouvelles technologies a conduit à la création d’un nouveau circuit de distribution, le e-commerce. Cette nouvelle arrivée a bouleversé les comportements des consommateurs comme des distributeurs. De nouvelles perspectives ont été ouvertes pour les commerçants qui peuvent désormais, avec peu de frais, vendre leur production partout dans le monde. Plus de 1,5 milliard de transactions en ligne sont désormais conclues chaque année en France, soit 125 millions par mois. Quelles sont les habitudes d’achat en ligne des Français ?

Selon la dernière étude* de la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad), près de huit internautes sur dix achètent sur Internet. Ils réalisent en moyenne 39 transactions en ligne par an et dépensent approximativement 60 € pour chacune d’elles. Les secteurs les plus populaires en début d’année 2020 étaient l’habillement et la mode, les produits culturels, le voyage et le tourisme, les jeux et les jouets, les chaussures, la beauté et la santé, les produits techniques et l’électroménager… Suite à la crise sanitaire de 2020, certains secteurs ont largement progressé, en particulier les produits culturels et technologiques (+ 50% en juin 2020) et les produits alimentaires (+39% sur la même période).

*Source Fevad : Chiffres clés e-commerce 2020

Découvrez notre gamme de solution e-commerce

Les tendances du e-commerce

La révolution du mobile

Premier fait marquant de l’évolution du e-commerce, les e-shoppers utilisent de plus en plus les appareils mobiles pour conclure leurs transactions. Plus d’un tiers d’entre eux ont déjà effectué un achat à partir de leur smartphone ou tablette, selon les données de la Fevad. Un chiffre impressionnant et en nette croissance, même si le « m-commerce », aussi nommé mobile commerce, présente des taux de conversion inférieurs au commerce sur ordinateur.

Alors que les boutiques « Mobile First»1, qui ont adapté la navigation aux petits écrans, sont favorisées par l’algorithme de positionnement de Google, seul un marchand sur quatre en Europe possède un site optimisé pour le mobile, selon une étude de RetailMeNot. Il est donc essentiel pour les détaillants en ligne de se mettre rapidement à jour. La 5G, ultra-rapide, devrait de toute façon permettre de diminuer le taux de rebond en réduisant drastiquement le temps de chargement des pages.

Des consommateurs plus engagés

Les e-shoppers sont de plus en plus sensibles à la protection de l’environnement et à la transition solidaire, et privilégient donc souvent des produits écologiques ou écoresponsables, fabriqués et conçus en France. En 2019, 53% des cyberacheteurs déclarent avoir pris en compte les critères environnementaux, responsables et éthiques dans leur décision d’achat, selon la Fevad.

Des consommateurs plus exigeants sur le prix et la qualité du service

D’autre part, les consommateurs sont de plus en plus exigeants, particulièrement le segment des nouveaux e-shoppers, qui ont effectué un achat sur Internet pour la première fois il y a moins de deux ans. Plus de trois acheteurs sur quatre interrompent prématurément la commande en abandonnant le panier. Selon une étude du Baymard Institute de 2017, les raisons en sont principalement des frais de livraison trop élevés et l’obligation de créer un compte pour finaliser la transaction.

Tout l’enjeu pour les vendeurs consiste donc à mettre en place des stratégies pour diminuer ce taux d’abandon du panier. Les clients attendent également une livraison beaucoup plus rapide qu’auparavant. Selon une étude IFOP de 2018, 72% des acheteurs la considèrent comme le critère le plus important pour un achat en ligne. C’est pourquoi le nombre des abonnements aux services de livraison express et illimitée est actuellement en pleine croissance. Le système du cashback2, système de fidélisation qui offre aux consommateurs la possibilité de se faire rembourser une partie du montant de ses achats en ligne, gagne par ailleurs en popularité.

La croissance des places de marché (marketplace)

Le système des places de marché est en plein essor! Le principe :  un « opérateur » propose à d’autres sites des espaces pour vendre leurs produits. Tous les acteurs y gagnent : les vendeurs accèdent à un marché plus grand et sont plus visibles, les opérateurs de marketplace étoffent sans risque leur catalogue et les clients disposent de plus de choix.

95% des Français ont déjà réalisé un achat sur une place de marché. En tant que e-commerçant, la “marketplace” est un canal de vente complémentaire à votre site web. En contrepartie d’une visibilité accrue, mais aussi de l’élargissement de la zone de chalandise, la “marketplace” se rémunère, généralement d’une commission, qui peut varier entre 10 et 30%. D’autres business modèles sont possibles, il faut bien étudier ce point afin de trouver la formule qui convient le mieux.

L’impact du confinement et post-confinement lié au Covid-19

Les habitudes d’achats en ligne des Français ont évolué rapidement ces dernières années, une tendance qui s’est accélérée pendant et après le confinement. L’étude récente de la FEVAD, en juin 2020, indique que 8 e-shoppers sur 10 ont réalisé un achat en ligne au cours des 7 derniers jours, contre 1 sur 2 au cours d’un mois en période normale. Malgré la réouverture des magasins, cette tendance semble perdurer, surtout parce que cet usage était déjà bien ancré dans les habitudes d’achats des français. Toujours selon une étude de la FEVAD, un tiers des consommateurs en ligne  déclare que la crise sanitaire va impacter à la hausse leurs habitudes d’achats en ligne et plus particulièrement les femmes, les CSP+3 et les plus jeunes.

Enfin, le développement du multicanal (commerce de proximité / e-commerce) est une attente forte des cyberacheteurs, qui souhaitent de plus en plus faire leurs achats en ligne sur les e-shop de leurs commerçants de proximité avec une livraison en magasin ou à domicile. Ils limitent ainsi au maximum les contacts mais continuent à faire vivre leurs commerces locaux. Digitaliser son point de vente pour répondre aux nouvelles exigences des consommateurs et pour faire face aux contraintes extérieures est devenu essentiel pour assurer la continuité de son activité.

Les moyens de paiement privilégiés du E-commerce

Payer en ligne par carte de paiement

La carte de paiement est de loin le mode de paiement le plus répandu en France, avec plus de 80 % du marché, selon les chiffres de la Fevad. Le client doit simplement utiliser sa carte de paiement afin de financer l’achat. Pour cela, il doit communiquer, dans un environnement sécurisé, son numéro de carte (numéro PAN), la date d’expiration de sa carte ainsi que cryptogramme visuel figurant au verso de sa carte (CVV).

Les boutiques en ligne peuvent recourir à des procédés de sécurisation des transactions.  Une des façons de proposer un paiement sécurisé par carte de paiement à distance à vos clients est de conclure un contrat de vente à distance sécurisé (VADS) avec votre banque.

Les avantages du contrat VADS :

-Vos clients sont rassurés de voir que votre entreprise travaille avec une banque.

-Les commissionnements sont très faibles, beaucoup plus faibles que ceux pratiqués par des solutions de paiement qui n’exigent pas de contrat VAD.

-Vous disposez d’une garantie de paiement sur chaque transaction réalisée en ligne avec le service 3D Secure.

Payer en ligne par portefeuille électronique

Les portefeuilles électroniques comptent pour un peu plus de 10 % du marché* et permettent à vos clients d’effectuer des achats en ligne sans communiquer leurs coordonnées bancaires. Ils n’ont qu’à créer un compte et se connecter sur la page de paiement de votre site e-commerce. Les portefeuilles électroniques les plus courants sont aujourd’hui PayPal, Lydia, Apple Pay, Amazon Pay et Paylib.

*Source Fevad : Chiffres clés e-commerce 2020

Payer en ligne par virement SEPA

Les virements bancaires ne comptent que pour moins de 1 % des transactions réalisées et concernent principalement les ventes B2B4, c’est-à-dire réalisées entre professionnels. Les virements SEPA s’effectuent en euro et ils sont accessibles à toute personne titulaire d’un compte bancaire.

Les facilités de paiement

Les facilités de paiement, comme le paiement en 3 ou 4 fois, avec ou sans frais, sont de plus en plus utilisés par les e-shoppers. Selon une enquête réalisée par la FEVAD en janvier 2019, le crédit à la consommation représentait 3,9% du chiffre d’affaire de e-commerce en 2018 (soit +1% vs 2017). Il est donc utile d’en proposer sur votre site de commerce. Le paiement en plusieurs fois sans frais est par exemple particulièrement adapté pour les achats ponctuels lors de périodes chargées en dépenses (comme à Noël, lors de la rentrée scolaire, etc.).

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure e-commerce ? Faire évoluer votre site vitrine ou vous renseigner sur nos offres de paiement à distance ? Contactez un de nos experts e-commerce et demandez un devis gratuit.

En savoir plus

E-commerce : le guide pour tout comprendre