Article - Tout ce qu'il faut savoir sur le paiement sans contact
Article - Tout ce qu'il faut savoir sur le paiement sans contact

Paiement sans contact : les raisons pour lesquelles vous devriez le mettre en place


Lentement mais sûrement, le paiement sans contact, pour les règlements de moins de 30 euros ou 50 euros à partir du 11 mai 2020 s’est imposé dans de très nombreux commerces. Plus d’un milliard de transactions ont déjà été effectuées de cette façon ! Le client pose sa carte ou son téléphone mobile « compatible NFC » sur le terminal de paiement, et, sans qu’il ait à composer son code, le montant est validé et payé. Un ticket est édité et le client peut repartir !

De nombreux avantages

Ce nouveau mode de paiement ne présente pratiquement que des avantages.

– Le gain de temps tout d’abord : des études ont montré que les paiements sans contact étaient de 30 à 50% plus rapides que les paiements en espèces. Cela a pour effet de réduire les files d’attente, avec à la clé une amélioration de la satisfaction client.

– En réduisant les manipulations d’argent liquide, le paiement sans contact réduit également les erreurs d’encaissement ainsi que les risques de vols et d’agressions. Il permet enfin aux commerçants d’optimiser leur trésorerie et de simplifier la gestion de leur caisse.

Des démarches simples à effectuer

Si vous souhaitez vous aussi pouvoir bénéficier des avantages du paiement sans contact, vous devrez préalablement vous assurer de la compatibilité de vos équipements, et au besoin en acquérir de nouveaux. Vous devrez par ailleurs souscrire auprès de votre banque un contrat monétique incluant les encaissements sans contact.

Découvrez le paiement sans contact

Bon à savoir

Les entreprises assujetties à la TVA auront une autre raison en 2018 de s’intéresser à leurs terminaux de paiement et logiciels de caisse. Depuis le 1er janvier, obligation leur est faite de disposer de logiciels répondant à des normes de conservation et d’archivage empêchant toute dissimulation des recettes. A défaut de pouvoir produire une attestation remise par le fabricant de la machine ou l’éditeur du logiciel, ou un certificat de conformité, elles encourront une amende de 7 500 euros.

En savoir plus

Terminaux de paiement : le guide pour tout comprendre